Chronique Mots : Jérôme, la campagne présidentielle et la langue de bois