Un constat qui inquiète l’association « Terres et Rivières »