Chronique Z’animo: Jean-Luc, le venin et les phasmes